Meträume / Rêves urbains - par le Collectif NOSE

Date : Lundi 1er décembre 2014
Horaires : 19h - 20h
Lieu : Théâtre Bernard-Marie Koltès
Durée : 1h
Discipline : Théâtre / Danse

Réservation conseillée

Meträume / Rêves urbains

© Collectif NOSE

Collectif Nose

Mise en scène : Lucille Paquis

Direction d’acteurs : Nora Nagid

Interprétation : Méloëe Ballandras, Gautier Boxebeld, Fanny Jarlot, Eva Nathalia Grenier

Création Lumière : Armand Coutand

Création Son : Jérémy Sananes

Scénographie : Solène Panné

METRÄUME / Rêves urbains est une création de théâtre-danse qui met en scène dans un réalisme magique la complexité des rapports humains en milieux urbains. Dans le métro, sur le trottoir, dans les couloirs, quatre personnages se croisent et se heurtent sans se rencontrer, songent et s’observent dans l’attente, étouffés contre la barrière qui les sépare de l’altérité. Au rythme des tableaux successifs, on observe leurs déplacements, leurs tics caricaturés dans une hystérie mécanique ; on ressent le vide et l’absence, on entend leurs pensées fugitives et leurs clameurs exaspérées. On accède, enfin, à leur imaginaire, et subitement la scène passe dans le rêve.

Dans un réalisme magique toujours en mouvement, l’amour, la plage, la campagne éclosent sur scène, puis s’échappent aussi furtivement. Ce projet, construit à partir de témoignages, met en scène la matière brute de la vie urbaine. Le spectacle nous rapproche de la réalité la plus banale, tout en libérant les forces de l’imaginaire que chacun de nous recèle derrière ses angoisses et sa fatigue, derrière ses mines graves et préoccupées.

Les « récoltes » occupent une place centrale dans le protocole de création que nous avons instauré autour de ce projet. Ce sont des moments où nous allons sur le terrain pour récupérer la matière qui servira de base à la création. Nous pratiquons d’une part l’observation naturelle, en immersion dans la ville, les rues, le métro, pour capturer des situations, des comportements, des attitudes, des regards tout en récupérant des sons, des images, des vidéos, des objets. D’autre part, nous allons à la rencontre des habitants et nous leur proposons de prendre un temps avec nous pour parler de leur expérience de la ville. Ils répondent à un questionnaire que nous élaborons spécifiquement en nous adaptant à chaque lieu et à chaque population.

La matière recueillie constitue notre matière première, celle à partir de laquelle nous allons pouvoir créer le spectacle. C’est un travail d’artisan : transformer, modeler, assembler, déformer, mélanger la matière pour construire l’univers créatif du spectacle en faisant intervenir différentes formes et techniques artistiques (théâtre, danse, création lumière, sonore et visuelle...).

Il s’agit de rechercher et de développer un langage théâtral propre, une écriture du réel au plateau. Comment des témoignages, des anecdotes peuvent faire naître des situations de jeu ? Comment une façon de marcher ou d’attendre raconte déjà quelque chose et peut être le début d’une histoire ? Comment un son enregistré dans le métro peut participer à planter un décor ? Comment le théâtre et la danse peuvent donner à des actes et des gestes a priori bénins, une visibilité, un sens, une force comique ou poétique, qu’ils n’ont pas ou plus au quotidien.

Ce spectacle a reçu le Grand Prix du Festival Nanterre sur Scène 2013. Il bénéficie du soutien financier du Fonds de Solidarité et de Développement des Initiatives Etudiantes (FSDIE) de l’université Paris VIII. Ce projet et a été réalisé grâce au soutien de la région centre pour sa production et de la DRAC Centre avec une aide à la résidence en partenariat avec l’Espace Malraux à Joué les Tours (37).

Extraits